Khonsavanh, du Laos à l’AS Cannes

Du Laos jusqu’à l’AS Cannes, il n’y a qu’un pas. Un pas de géant qui montre l’universalité du football comme vecteur indispensable d’intégration. Et l’AS Cannes est extrêmement fière d’en être actrice. Depuis quelques semaines, Khonsavanh Keonuchan a intégré le groupe U15 de Vincent Madelaine. Ne vous souciez pas de la prononciation de son nom, au club, il est surnommé “Jacky”. A 14 ans, Khonsavanh a accepté de quitter son pays natal pour venir en France pendant 1 an, apprendre la langue. Vendredi, à la fin de la séance d’entraînement, et après une partie de morpion grandeur nature remportée, il a accepté de répondre à quelques questions. En anglais, pour le moment. Mais avec un énorme sourire.

Khonsavanh, c’est la première fois que tu viens en France ?

Oui, c’est la première fois ! Je viens du Laos, c’est un peu loin.

Comment te sens-tu, ici ?

Je me sens vraiment très bien, c’est vraiment différent du Laos. Je suis content d’être en France mais aussi d’être à Cannes, c’est un très bon club.

Quelles sont les différences entre le football français et le football laotien ?

Ici, en France, le football est plus physique, les joueurs sont plus costauds, c’est plus solide qu’au Laos. Je trouve que le niveau est plus élevé que dans mon pays.

Tu as effectué ta première rencontre officielle le week-end dernier…

C’était un peu difficile parce que c’était effectivement mon premier match avec le maillot de Cannes. Je dois encore travailler physiquement pour être au top. Je suis ici pour 1 an, mais j’espère déjà revenir la saison prochaine.

Tu ne parles pas encore beaucoup français, comment communiques-tu avec tes partenaires ?

(Rires) Avec des gestes ! Parfois, j’utilise des mots anglais pour dire “à droite”, “à gauche”, “derrière”… Mais pour le moment, principalement, ce sont des gestes et des regards (rires).

Pensais-tu que le niveau serait aussi élevé dans ce groupe ?

Oui, je le pensais, et je dois encore travailler pour atteindre ce niveau.

Veux-tu jouer au haut niveau, plus tard ?

Oui, bien sûr c’est mon rêve ! Je veux devenir footballeur professionnel.

Qui est ton joueur favori ?

J’adore Neymar, il a la classe sur le terrain et en-dehors. J’aime beaucoup son style.