N3 : Le retour du coach

Samedi, nos Dragons se sont inclinés à Gémenos (2-0) lors de la 18ème journée de National 3. Une défaite qui complique les choses en vue de la montée en National 2. Michaël Marsiglia, co-entraîneur de l’équipe avec Michel Pavon, revient sur la rencontre… et évoque le projet à long terme.

Mickey, que s’est-il passé samedi ?

On réalise une bonne première mi-temps où, globalement, on a la maitrise. Notre jeu est bien collectif, les joueurs réalisent de nombreuses passes, se créent des occasions, ont des opportunités. Mais les réelles occasions franches que l’on a, on ne les met pas au fond. On ne les concrétise pas alors que nous avions la mainmise sur le match, c’est rageant. En seconde période, Gémenos a commencé à y croire et marque à la suite d’un manque de concentration sur un ballon en profondeur…

On vous sent abattu…

Toute l’équipe était effectivement complètement abattue après la rencontre. Gémenos possède, depuis quelques années, une très belle équipe, leur système de jeu est bien rôdé, ils ont des joueurs d’expérience. Mais, sur la saison, c’est vraiment difficile. A présent, on est lucide. On sait que nos chances de monter en National 2 sont fines. Ce n’est pas un manque d’envie, les gars veulent bien faire. Mais lorsque l’on prend ce but, on doit courir après le score, et ce n’est plus pareil.

L’espoir est-il encore permis ?

Il reste huit matches, mathématiquement ce n’est pas encore mort… On se battra jusqu’au bout. Pour le club, les supporters, et tous ceux qui suivent l’AS Cannes avec passion. Nous allons quand même continuer à intégrer des jeunes au sein de l’équipe première. Parce que le projet, il est là : la formation.

Justement, de nombreux jeunes évoluent avec l’équipe première…

Oui, et c’est notre politique ! Jusqu’à la fin de la saison, nous allons continuer à travailler avec ces jeunes. Le projet est à long terme, il ne faut pas l’oublier. Si nous ne montons pas cette année, ce sera pour plus tard, avec les jeunes que nous aurons formés et à qui nous aurons inculqué le fait que le club passe avant tout, que quand tu mets le maillot de l’AS Cannes, c’est pour tout donner.

La motivation est-elle toujours présente ?

Bien sûr ! Elle l’est pour cette fin de saison, où nous allons tout donner pour essayer de monter. Et même si ce sera difficile, la motivation est toujours là pour ce superbe projet qui repose sur plusieurs années !